21/01/2015

La sécurité des aînés est une priorité

 

Les agressions, les brigandages, les vols et les abus de faiblesse touchent de plus en plus les aînés. Entre 2006 et 2013, le taux de victimes âgées de 70 ans et plus a augmenté de 15%, a-t-on appris hier lors d’une conférence de presse organisée à Cité Seniors par le Département de la sécurité et de l’économie, à laquelle j’ai participé. Pour remédier à cette situation, le conseiller d’Etat Pierre Maudet a annoncé le lancement d’un plan d’action axé sur la prévention, qui repose sur un réseau de partenaires publics, privés et associatifs, en contact direct avec les personnes âgées et leurs proches. J’approuve pleinement ce plan, qui vient renforcer les mesures de prévention déjà adoptées par la Ville de Genève, en particulier par le Département de la cohésion sociale et de la solidarité.


 

La sécurité est une préoccupation légitime des aînés. Le vieillissement de la population va s’accélérer ces prochaines années, et il faut dès à présent anticiper les besoins dans ce domaine. Sans toutefois peindre le diable sur la muraille : selon une étude réalisée par la Faculté des sciences de la société de l’Université de Genève et présentée hier lors de la conférence de presse, les aînés se sentent globalement en sécurité et ne se perçoivent pas comme des victimes. Je suis convaincue que les dispositifs de prévention mis en place dans les communes du canton sont déterminants dans cette perception plutôt positive de la sécurité.

En matière de sécurité, l’action des communes s’inscrit très logiquement dans une perspective de proximité. En ville de Genève, elle se décline autour de deux axes principaux. Le premier concerne l’environnement des aînés. Il s’agit notamment de favoriser des occupations respectueuses de l’espace public, de veiller à sa propreté et à sa salubrité ainsi qu’à l’installation d’un éclairage adéquat.

Le deuxième axe est celui de la lutte contre l’isolement. Travailler pour la sécurité des aînés consiste aussi à combattre le sentiment d’anonymat qui est souvent le lot des grandes villes. Les Unités d’action communautaire proposent ainsi de multiples actions en direction des aînés. Et c’est dans cette perspective que la Ville a mis sur pied un plan Canicule l’été dernier. Elle réfléchit actuellement à la création d’un plan Froid dans le même but.

Les aînés doivent également avoir l’assurance de trouver autour d’eux des personnes de confiance. La politique de soutien aux solidarités de voisinage, aux proches aidants et aux associations actives auprès des aînés a été conçue dans ce sens. Depuis plusieurs années, Cité Seniors collabore avec la Gendarmerie pour l’organisation de séances d’information sur la prévention des vols à l’astuce. A ce jour, plus de 1000 personnes âgées ont participé à ces séances d’information. Cité Seniors propose également des ateliers de self défense.

Nous faisons actuellement tout ce qui est en notre pouvoir pour répondre aux préoccupations des aînés. Comme ils sont les premiers experts de leurs problèmes, je les encourage à prendre contact avec les autorités pour leur faire part de leurs besoins en matière de sécurité. Par exemple, dans le cadre du Contrat de quartier des Pâquis, un groupe Sécurité s’est constitué. Il est essentiel que les aînés du quartier participent à ce groupe et y apportent leurs idées et leurs contributions.

La création d’une politique municipale en faveur des aînés sera une priorité de la prochaine législature. Pour établir la feuille de route de cette politique, nous allons procéder à une analyse des enjeux et des besoins en concertation étroite avec les acteurs associatifs, dont la Plateforme des associations d’aînés de Genève.

17:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.