05/06/2015

Une mairie de proximité et de partage

Discours prononcé mercredi 3 juin à la Promenade de la Treille à l'occasion de mon investiture comme Maire de Genève.


Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un immense plaisir de vous accueillir ici à la Promenade de la Treille pour fêter cette Mairie, et je vous remercie d’être venus si nombreux ! Je tiens à saluer en particulier mes collègues du Conseil administratif, le nouveau vice-président Guillaume Barazzone, Sandrine Salerno, Sami Kanaan et Rémy Pagani. Je salue aussi le Conseil municipal et son président, Monsieur Carlos Medeiros, et tous les autres élus présents. Et bien sûr, je tiens aussi à vous saluer vous toutes et tous, les habitantes et les habitants de Genève !

C’est un très grand honneur pour moi d’être Maire de cette ville. Je suis originaire de Soleure, et je suis arrivée à Genève à l’âge de 9 ans. J’ai grandi, étudié et travaillé dans cette ville. Je me suis toujours engagée dans la vie locale, que ce soit sur le plan professionnel auprès des personnes démunies, ou sur le plan politique comme conseillère municipale, comme députée au Grand Conseil, puis comme Conseillère administrative depuis 2011. En tant que Maire, j’entends poursuivre cet engagement, et je souhaite inscrire cette Mairie dans la continuité de mon action au sein du Département de la cohésion sociale et de la solidarité. J’aime beaucoup ma ville.

C’est une ville dynamique et généreuse, qui permet à des gens qui ne sont pas « fils ou fille de » d’occuper des fonctions importantes. Vous le savez peut-être, la tradition veut que chaque nouveau Maire de Genève consacre son année de Mairie à un thème particulier. Personnellement, j’aimerais mettre cette Mairie au service des habitantes et des habitants de Genève.Je veux une Mairie conviviale, festive et inventive. J’aimerais rapprocher l’administration de la population, et inviter les habitants à s’impliquer davantage dans la vie de la Cité.

On a parfois l’impression que la société civile et le monde politique sont très éloignés l’un de l’autre, et même qu’il y a une certaine méfiance de la population envers les élus. Il y a plusieurs raisons à cela. Notre époque voit les crises se multiplier et les repères traditionnels s’effondrer. Il en résulte un sentiment d’impuissance chez les gens, et cela se traduit par une forme de démission dans les urnes. Les taux d’abstention lors des votations et des élections sont souvent élevés en Suisse. Cela a été le cas lors des récentes élections municipales.

Ce fort taux d’abstention marque une perte de confiance des citoyennes et des citoyens envers leurs élus. C’est une victoire pour l’indifférence, et surtout une perte pour la démocratie. Mais je pense qu’il est possible de redonner confiance aux habitantes et aux habitants.Je veux les aider à prendre conscience qu’ils ont la capacité d’agir directement sur leur vie quotidienne. C’est pourquoi j’aimerais durant cette année leur donner les moyens de participer activement à la vie de la Cité.

 « Je bouGE ma ville », mon slogan de Mairie, est à la mesure de cette idée. Il s’agit d’inciter la population, de vous inciter, à faire connaître votre avis sur les politiques publiques qui vous concernent. Il s’agit aussi de vous inciter à lancer des projets. Pour cela, je veux que la Ville se positionne comme une partenaire des habitantes et des habitants de manière à faciliter leurs actions et à renforcer le sentiment d’appartenance à la Cité. C’est le propre de la démocratie participative.

La démocratie participative implique une proximité accrue  entre les citoyennes et les citoyens, les élus et les institutions. Elle donne la possibilité à chacune et à chacun de participer de manière effective aux affaires publiques. Cette démocratie participative est déjà en œuvre à Genève, notamment par le biais des Contrats de quartier. Il s’agit de la renforcer, de simplifier les procédures et de comprendre comment les pouvoirs publics peuvent faciliter l’émergence dans la société civile de nouvelles formes de solidarité, de sociabilité et de convivialité urbaines. La démocratie participative permet de revitaliser le lien entre la sphère politique et la société civile et d’accroître l’efficacité des politiques publiques. La cohésion sociale et l’intérêt général en seront consolidés.

Durant ma Mairie, j’aimerais aussi mettre l’accent sur la notion de partage. Les nouvelles technologies ont permis l’apparition de fonctionnements collaboratifs qui révolutionnent en profondeur nos manières de penser, d’agir et de consommer. La coopération, la mutualisation et la solidarité sont au cœur de ce nouveau modèle de vie, qu’on appelle l’économie collaborative ou l’économie du partage. Par exemple, on voit apparaître dans de nombreuses villes de nouveaux lieux, comme les jardins partagés et les espaces de co-working.On voit aussi apparaître de nouvelles formes d’échange, comme le troc, et de nouveaux modes de transport, comme le covoiturage et les vélos partagés. Les pouvoirs publics doivent réfléchir dès aujourd’hui à la manière d’accompagner ces changements et de soutenir les initiatives les plus prometteuses sur le plan de la cohésion sociale.

Vous le savez peut-être, une importante conférence sur le climat aura lieu à Paris à la fin de cette année, COP21. Genève va y participer. Ce sera l’occasion de réfléchir à la notion de transition.  On entend de plus en plus parler de « transition énergétique », de « villes en transition ». Derrière cette expression, il y a une vision optimiste de l’avenir et la volonté de trouver des manières de vivre plus écologiques, plus sobres et plus équitables. Les initiatives de transition sont portées par les communautés locales. Elles visent en particulier à stimuler une économie de proximité respectueuse de l’environnement et à mettre en œuvre des actions pour réduire la consommation d’énergie fossile. Elles permettent de rendre nos sociétés moins vulnérables face aux crises écologiques, énergétiques ou économiques. Les initiatives de ce type sont nombreuses à Genève, et je souhaite les mettre en valeur durant ma Mairie. Il me paraît important notamment de défendre une économie non spéculative basée sur une production et une consommation qui s’inscrivent dans des circuits courts.

Divers événements et manifestations vont concrétiser ces différents thèmes. Je veux que cette Mairie soit l’occasion de créer des ponts entre différents mondes, entre des mondes qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer. Pour cela, nous allons organiser des rencontres improbables. Il s’agit de mettre autour d’une table des gens issus de divers milieux et qui n’ont jamais l’occasion d’échanger.

Ces rencontres permettront certainement de laisser tomber quelques préjugés et de faire naître de nouvelles idées. Nous allons aussi mettre sur pied des Gratiferia. C’est un mot espagnol qui veut dire « marchés gratuits ». Une fois le lieu désigné, les gens viennent déposer des objets dont ils n’ont plus l’utilité et qu’ils acceptent de donner, sans attendre quoi que ce soit en retour. Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite se servir gratuitement, même s’ils n’ont rien à offrir. Des biens immatériels peuvent aussi être proposés, comme des performances artistiques ou musicales.

Nous voulons également organiser des Disco soupes pour sensibiliser au problème du gaspillage alimentaire. Les Disco soupes sont des événements conviviaux ouverts à toutes et à tous. Les gens se réunissent dans l’espace public pour cuisiner ensemble des fruits ou des légumes invendus dans une ambiance musicale, ce qui permet de créer du lien social. Les soupes, les salades ou les jus de fruits préparés sont ensuite redistribués à toutes et à tous gratuitement.

Enfin, je veux que cette Mairie soit une occasion de me rencontrer pour toutes les personnes qui le souhaitent. Je serai régulièrement présente dans vos quartiers pour des discussions, et vous pourrez aussi dialoguer avec moi sur Facebook.

Ces événements seront ouverts à toutes et à tous, et j’espère que vous serez nombreux à y participer !

 

Mesdames et Messieurs,

La réflexion sur les notions de participation, de proximité, de partage et de transition nous permettra certainement de trouver de nouveaux moyens pour améliorer le bien-être de la population et faire de Genève une ville plus durable et plus solidaire.

J’espère qu’à l’issue de cette Mairie, vous, les habitantes et les habitants de Genève, vous vous sentirez plus impliqués dans la vie de la Cité !

J’aimerais maintenant remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris part à l’organisation de cette fête. Je remercie en particulier tous les services de la Ville qui ont aidé à mettre cet événement sur pied, et notamment le Service des relations extérieures, le Service des réceptions, le Service logistique et manifestations et le Service administratif et technique. Je remercie aussi toutes les personnes qui ont participé au défilé, en particulier l’échassière, les fanfares Ondine et Palenque. Vous avez certainement remarqué l’exposition de dessins d’enfants, qui ont laissé libre cours à leur créativité sur le thème du slogan « Je bouGE ma ville ». Je remercie les crèches et les groupes parascolaires qui ont organisé cette exposition. Je remercie aussi l’Association de la danse contemporaine, et les associations qui ont préparé de magnifiques buffets.

Et maintenant, j’aimerais vous dire un mot sur les festivités qui vont suivre. Après un intermède musical, un danseur, Monsieur Filibert Tologo, accompagné de deux musiciens, va vous inviter à participer à un moment de danse. Et pour vous récompenser de votre effort, les buffets ouvriront tout de suite après ! Voilà, j’ai terminé, et maintenant place à la Fête !

 

 

11:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.