15/09/2015

La politique de la vieillesse, une nouvelle priorité de la Ville de Genève

Genève connaît aujourd’hui un vieillissement de la population particulièrement important, comme l’ensemble de la Suisse d’ailleurs. La commune compte actuellement un peu plus de 31'000 personnes âgées de plus de 65 ans, soit 16,3% de la population. Un pourcentage appelé à augmenter de façon conséquente ces trente prochaines années. La Ville de Genève, qui offre déjà de nombreuses prestations aux aînés, veut relever le défi en posant dès aujourd’hui les bases d’une véritable politique municipale de la vieillesse.


Cette politique a été élaborée sur la base d’une étude commandée à Mme Irina Ionita, qui est depuis le début du mois de septembre la nouvelle Secrétaire générale de la Plateforme des associations d’aînés de Genève. Portée par le Département de la cohésion sociale et de la solidarité, cette politique se veut transversale et doit être mise en œuvre par l’ensemble des services municipaux. Elle répond à de nombreuses demandes et motions du Conseil municipal.

Avec 3 à 4 générations de seniors qui cohabiteront bientôt ensemble, nous assistons à l’éclatement des schémas traditionnels. Face au phénomène des vieillesses multiples, nous allons devoir diversifier les politiques publiques en fonction de besoins qui seront très différents selon l’âge, la santé, l’insertion sociale ou encore la situation financière des aînés concernés.

Comme d’autres villes de Suisse, Genève va se doter d’un délégué aux aînés, un poste qui sera créé sur la base d’une réallocation des ressources et des compétences actuellement disponibles au Service social.

La politique de la vieillesse que nous proposons s’inscrit dans une stratégie fédérale qui encourage l’autonomie des personnes âgées. Elle comprend quatre axes prioritaires.

Le premier concerne l’accès aux prestations et la promotion du « bien vieillir ». La Ville entend développer une concertation étroite avec les milieux immobiliers afin de transformer les logements existants et d’en  créer de nouveaux en fonction des besoins des personnes âgées et à mobilité réduite.

Le deuxième axe est centré sur la lutte contre l’isolement. La Ville va mettre en place un outil d’identification des situations à risque et développer le soutien aux personnes atteintes de troubles cognitifs. Elle veut également soutenir les proches aidants.

Le troisième axe porte sur le développement de la participation des seniors à la vie publique, et le quatrième sur l’encouragement de la mobilité des personnes âgées et le renforcement de l’accessibilité aux espaces et aux bâtiments publics afin de permettre des déplacements en toute sécurité.

La politique de la vieillesse de la Ville s’inscrit dans le cadre du projet de répartition des tâches entre le Canton et la Ville, qui attribue une compétence claire aux communes dans ce domaine. La Ville propose maintenant que le Conseil d’Etat fasse un pas de plus et mette en place une commission cantonale sur le vieillissement, pour coordonner son action avec celle des communes, des institutions spécialisées et des partenaires associatifs.

17:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

A mon avis il est clairement plus important de faire une politique qui s'occupe avant tout des jeunes qui sont notre avenir Notre monde vieillit à une vitesse folle et la jeunesse ne trouve plus sa place.N'oublions pas non plus que la médecine et mes confrères mettent tout en oeuvre pour maintenir les vieux aussi longtemps que possible.Qu'est ce qui est plus important: la quantité ou la qualité?
Béatrice Deslarzes
Médecin vieille de bientôt 80 ans!

Écrit par : Deslarzes Béatrice | 15/09/2015

Les commentaires sont fermés.