09/12/2015

L'engagement des villes pour le climat

Vendredi 11 décembre, la COP21 devrait parvenir à un accord mondial sur le climat. En marge de cette Conférence, un Sommet des élus locaux pour le climat a eu lieu à Paris le 4 décembre, auquel je représentais la Ville de Genève. Il a adopté une déclaration politique commune dans laquelle les dirigeants locaux s’engagent notamment à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 80% et à soutenir la transition vers une énergie 100% renouvelable d’ici 2050.


Co-présidé par Anne Hidalgo, maire de Paris, et Michael R. Bloomberg, envoyé spécial des Nations Unies pour les villes et le changement climatique, ce Sommet a réuni quelque 1000 maires du monde entier. Proches du terrain, en contact avec la population et conscients des problèmes environnementaux, les élus locaux sont en mesure de développer des actions très concrètes sur leurs territoires, souvent davantage que les chefs d’Etat. Les villes abritent aujourd’hui la moitié des habitants de la planète et produisent les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre. Elles portent donc une lourde responsabilité dans le réchauffement climatique, mais elles représentent aussi 50% de la solution climatique mondiale, comme l’a relevé AnneCOP21PhotoOfficielle.jpg Hidalgo.


Les villes n’ont pas attendu pour agir et ont lancé d’innombrables initiatives pour protéger l’environnement. En visant un territoire à zéro émissions de CO2 et 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050, la Ville de Genève développe depuis plusieurs années une politique énergétique et climatique qui apparaît en totale conformité avec l’objectif du Sommet des élus locaux. Elle fait partie de la Convention des Maires, qui réunit plus de 6600 municipalités, chacune engagée à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020. Par rapport à l’année de référence 2005, Genève a atteint ce but en 2012 déjà !


Le 4 décembre, les élus locaux se sont engagés à réduire de 3,7 gigatonnes les émissions annuelles de gaz à effet de serre dans les zones urbaines d’ici à 2030, ce qui correspond à 30% de la différence prévue entre les engagements nationaux actuels et les niveaux d’émissions recommandés par la communauté scientifique pour limiter le réchauffement à 2°C. Cet objectif est non seulement réaliste, mais il est aussi nécessaire au vu des gigantesques défis qui nous attendent.


Les engagements des Etats et l’accord auquel ils parviendront à l’issue de la COP21 sont des étapes essentielles dans la lutte contre les changements climatiques, mais celle-ci commence ici et maintenant, au niveau local. Chaque citoyen en est un acteur essentiel !

 

Photo: © Mairie de Paris

18:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.