17/05/2016

La Ville remet la médaille « Genève reconnaissante » à Michael Møller, directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève

Depuis 1932, le Conseil administratif récompense régulièrement des personnalités ou des organisations de la société civile qui contribuent au rayonnement de Genève en leur décernant la médaille « Genève reconnaissante ». A ce jour, cette médaille a distingué une soixantaine de personnalités et une poignée d’organisations. Jeudi 12 mai, j’ai eu le privilège et l’honneur de remettre cette médaille à Michael Møller, directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève, lors d’une cérémonie organisée au Palais Eynard.


La Ville a souhaité témoigner sa reconnaissance à une personnalité qui s’engage non seulement à consolider le rôle de la Genève internationale dans le monde, mais qui œuvre également au rapprochement de la Genève locale et de la Genève internationale.
La Genève internationale est au cœur de « la politique de l’Etat hôte » de la Confédération. Elle est un des premiers pôles de gouvernance mondiale et elle incarne un engagement majeur de la Suisse en faveur de l’humanité et de la solidarité. A ce titre, elle constitue un pilier essentiel de la politique extérieure de notre pays. La concentration exceptionnelle d’acteurs, d’organisations et de compétences à Genève permet à la Suisse de jouer un rôle significatif dans les relations internationales, notamment dans les domaines de la promotion de la paix et de la sécurité ainsi que de la défense des droits humains. La Genève internationale est aussi une composante essentielle de l’identité de notre Cité, et un acteur économique important de l’Arc lémanique.

Cependant, les changements économiques et géopolitiques en cours, ainsi que la fragmentation de la gouvernance mondiale, posent de nouveaux défis à notre ville. Depuis plusieurs années, on constate notamment une concurrence croissante de nombreuses villes et régions du monde qui cherchent à attirer des organisations internationales sur leur territoire.
Ces défis impliquent de renforcer durablement l’attrait et la compétitivité de la Genève internationale. En 2013, la Confédération a d’ailleurs développé une stratégie dans ce but en collaboration avec le Canton et la Ville de Genève. Cette stratégie a servi de base à l’élaboration du message du Conseil fédéral « concernant les mesures à mettre en œuvre pour renforcer le rôle de la Suisse comme Etat hôte », qui a été approuvé en 2015 par les Commissions de politique extérieure du Conseil national et du Conseil des Etats. Les mesures prévues vont maintenant déployer leurs effets.
Dans ce contexte mouvant, Michael Møller est un précieux allié pour Genève. Depuis qu’il dirige l’Office des Nations Unies, il n’a cessé de vanter les atouts de Genève, et il s’est attelé de manière dynamique à la revalorisation de la Genève internationale.
En 2014, il a lancé le projet de Changement de la perception de la Genève internationale. Ce projet vise à donner davantage de visibilité à la Genève internationale, en valorisant la pertinence et l’impact du travail effectué quotidiennement par ses acteurs. Il s’appuie sur une communication innovante et des initiatives issues d’une approche collaborative impliquant plus de 80 partenaires, dont la Confédération, le Canton et la Ville de Genève.
Michael Møller a aussi déployé de nombreux efforts dans les médias pour attirer l’attention sur le fait que les décisions prises à Genève affectent les citoyens du monde entier. Il a largement ouvert l’ONU au public genevois et il s’est employé à tisser des liens entre des communautés qui ne se connaissaient pas très bien, à travers des actions comme la Journée portes ouvertes ou l’ouverture du Parc de l’Ariana à la course de l’Escalade.
Enfin, Michael Moeller travaille depuis plus de 35 ans pour l’ONU, au service de causes qui sont chères à Genève, comme la paix, les droits de l’homme, le développement et la solidarité. Si le contexte international qui a vu naître la Charte des Nations Unies il y a un peu plus de 70 ans a beaucoup changé, les idéaux exprimés par ce texte restent plus que jamais d’actualité, et le directeur général de l’ONUG s’est employé à les mettre en œuvre tout au long de sa carrière.
Très fière d’avoir été choisie en tant que siège européen des Nations Unies en 1966, Genève fera tout pour continuer à soutenir l’ONU dans ses actions courageuses. Malgré les difficultés qu’elles rencontrent dans un monde instable et multipolaire, les Nations Unies contribuent en effet chaque jour à améliorer la vie de millions de personnes. Ce n’est pas uniquement un mariage de raison qui unit Genève et l’ONU: elles partagent de profondes affinités, et notamment un même souci du bien commun.
Lors de la cérémonie, qui a réuni de nombreux représentants de la Genève internationale, le directeur général de l’ONUG a souligné son « attachement profond » pour Genève, « non seulement au niveau personnel, mais également professionnel ». C’est en effet dans notre ville qu’il a commencé sa carrière de fonctionnaire international. Selon lui, « Genève est un lieu neutre, où tout le monde peut se retrouver et être sûr d'être écouté. C’est pour cela que je m’engage à expliquer à tous ceux que je rencontre - collègues, représentants politiques, médias et autres partenaires - le lien direct entre ce que nous faisons ici à Genève et la vie des individus partout dans le monde, l’impact direct de nos actions pour le bien-être de notre planète et de ses habitants. »
Dans sa laudatio de Michael Møller, Ivan Pictet, président de la Fondation pour Genève, a relevé que le directeur général de l’ONUG était« une personnalité qui rassemble les parties restées longtemps éparses du monde international de Genève, les vend comme un tout, avec un certificat de qualité et un emblème, le futur Palais des Nations rénové, et travaille à connecter le tout avec les Genevois et les Suisses. »

17:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.