01/01/2018

L'aggravation des inégalités n'est pas une fatalité

En ce début d’année 2018, je présente à toutes les habitantes et à tous les habitants de Genève mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité ! Je tiens aussi à présenter mes vœux solidaires à toutes celles et à tous ceux qui vivent dans des conditions difficiles, voire dans la précarité. Partout, la logique du profit semble l’emporter sur la solidarité. La sagesse qui s’exprime dans notre Constitution, par cette phrase du Préambule que j’aime citer : « la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres », paraît s’effriter. Mais la prise de conscience que le creusement des inégalités, à l’instar du réchauffement climatique, représente un danger pour toute la planète progresse, et c’est une bonne nouvelle.


Récemment, le World Inequality Lab a publié le « Rapport sur les inégalités mondiales 2018 ». Copiloté par le célèbre économiste français Thomas Piketty et reposant sur le travail d’une centaine de chercheurs, il établit que les inégalités de revenus ont augmenté dans presque toutes les régions du monde ces dernières décennies. Ainsi, depuis les années 1980, le 1% d’individus les plus riches a capté 27% de la croissance du revenu, contre 12% pour les 50% les plus pauvres de la planète.

Ce rapport apporte un démenti à la théorie du ruissellement, selon laquelle l’enrichissement des plus fortunés profite à tout le monde. Au contraire, l’aggravation des inégalités « pourrait conduire à toutes sortes de catastrophes politiques, économiques et sociales », affirment les auteurs. Ils ont raison : les conséquences politiques déjà visibles du creusement des inégalités – l’abstentionnisme et le populisme - sont inquiétantes.

Selon les auteurs du rapport, les inégalités de revenus ont moins progressé en Europe de l’Ouest qu’ailleurs. Cela tient au modèle social européen, soit à une fiscalité progressive, à des politiques salariales relativement plus favorables aux classes moyennes et populaires ainsi qu’à des politiques éducatives plus égalitaires. Mais ce modèle est menacé, comme le montre par exemple l’adoption, dans un pays voisin de la Suisse, de politiques fiscales qui favorisent les hauts revenus.

La hausse des inégalités n’est pourtant pas une fatalité. Pour les combattre, les auteurs du rapport préconisent des investissements publics dans l’éducation, la santé et la protection de l’environnement. Des choix politiques guidés par le souci du bien commun sont nécessaires. Ils sont à la portée de chacune et chacun d’entre nous.

Je vous souhaite une excellente année 2018, sociale, écologique et solidaire !

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

On peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres. En même temps d'après le BIT les bas salaires a travers le monde ont doublé en 10 ans. Ce qui soutient plutôt la théorie du ruissellement.

Quoiqu'il en soit faut-il rappeler que le but de l'impôt est que chacun contribue dans la mesure de ses moyens aux infrastructures et services publics. C'est une déformation socialo-communiste de faire croire que ce serait un système d'égalisation des revenus en prenant aux riches pour donner aux pauvres (pour pas dire de nivellement par le bas).

Écrit par : Boris Olchevik | 01/01/2018

Bonjour,

Les inégalités ne sont en effet pas une fatalité, malheureusement nos politiques ont trop fait peser ces dernières années les efforts uniquement sur les classes moyennes et moyennes supérieures ce qui a eu pour effet de populariser un peu celles là et les tirer vers le bas.

Les exemples sont nombreux à Genève, dés que nous dépassons un seuil nous n'avons d'autre choix que nous loger dans le parc privé avec des loyers exorbitants, quand je parle de classe moyenne je parle de couple avec enfants gagnant entre 90 et 120 000 annuel bruts pour une famille. ( ce ne sont pas des revenus de top manager juste un couple avec des emplois corrects)

Ces mêmes classes sont assomées par les hausses successives de la lamal et n'ont droit a aucune aide en 10 ans la prime a augmenté a peu près de 250 sur par mois et adulte, qu'est ce qu'on fait pour cette catégorie??? ( représente pour un couple 6000 de plus par année sur 10 ans avec une progression salariale quasi inexistante au non de pas d'inflation soit disant)

C'est cette même classe qui est assomée par les impôts à Genève qui proportionnellement consacre le plus d'effort.

C'est cette même classe sociale qui a eu ses revenu bloqués depuis de nombreuses années a cause des bilatérales favorisant la libre circulation et des concurrences inouïes sur l'emploi et le niveau des salaires à Genève avec certains pouvant se permettre d'accepter des salaires bien moindre car n'ayant pas les mêmes charges surtout logement et lamal.

Et on ne parle même pas de toutes les autres services qui sont basés sur le revenu en % crèches jardin d'enfant et cantines dans certaines communes

Alors vous êtes bien gentille de nous parler d'écologie et de solidarité de grand et belles intentions mais dans les pensées socialistes à la fin c'est toujours pour finir à la classe moyenne et moyenne supérieure que l'on présente l'addition.

Il faudrait peut être revoir les critères des niveaux d'attribution et faire une fois des économies dans la gestions de nos collectivités et arrêter les petits cadeaux.

Il faudrait aussi encourager la responsabilité individuelle, combien de fois j'ai entendu, mon épouse ne va pas retravailler on préfère toucher les subsides ou subventions et sinon on va payer des impôts, et à l'arrivée la différence....

Il faut arrêter de vouloir toujours dépenser et redistribuer plus et vouloir accueillir tout le monde c'est bien le joli ce concept mais à la fin on présente toujours l'addition au même et votre solidarité ressemble de plus en plus à tirer vers le bas les classes intermédiaire car on aura jamais le courage de demander au plus riches d'une fois payer au nom de la concurrence fiscale.

On ne parle même pas de votre écologie qui va couter combien à l'arrivée quelle taxe va t'on nous infliger ou augmentation de taxe ou impôts car il faudra aussi le financer et je devine déjà que la somme sera des plus salée.

Avec les années j'ai compris une chose surtout ces dernières années je vote avec mon porte monnaie car les grands principe c'est joli, mais je m'aperçois que quasiment à chaque fois c'est à ma catégorie que l'on présente la douloureuse alors mare !!!

Meilleures salutations et bonne année

Écrit par : bruno | 02/01/2018

Les commentaires sont fermés.