08/03/2018

Journée internationale des femmes: le réveil des consciences

Selon le dernier rapport annuel du World Economic Forum, l’égalité hommes-femmes a reculé dans le monde en 2017, après dix ans de progrès constants. En matière de parité des genres, la Suisse est passée de la 11ème place à la 21ème place. Notre pays reste un mauvais élève de l’égalité, particulièrement dans les domaines de la représentation politique et des opportunités professionnelles et économiques. Les réflexes patriarcaux restent bien ancrés, comme en témoigne le récent refus du Conseil des Etats d’imposer aux entreprises une obligation de transparence salariale.


Après tant d’années de luttes politiques et féministes, avec des résultats qui se situent souvent très en-dessous de nos espoirs, nous devenons parfois pessimistes. Pourtant, j’ai la conviction que l’année 2017 constitue un tournant positif, du moins pour les femmes occidentales. Dans le sillage de l’affaire Weinstein, il semble que l’on assiste à un réveil des consciences, qui pourrait bien avoir un jour des répercussions positives sur l’égalité hommes-femmes. Face aux multiples révélations d’agressions et de harcèlement qui ont fait la Une de l’actualité ces derniers mois, la société civile a démontré une capacité d’indignation impressionnante contre le patriarcat et ses abus. Le mouvement #MeToo en témoigne. Ce qui était tu, caché, voire toléré, est devenu intolérable. La loi du silence semble enfin brisée.

L’affaire Weinstein a aussi créé une formidable chaîne de solidarité féminine. J’invite toutes les femmes à la renforcer. La solidarité est en effet notre force. Les droits des femmes ne sont pas et ne seront jamais des acquis. C’est pourquoi l’engagement en faveur de ces droits doit rester constant. Le  féminisme est un humanisme. Il n’est pas une révolte contre les hommes, mais un combat contre les injustices faites aux femmes. Et ce combat - quotidien - concerne autant les femmes que les hommes.

En cette journée du 8 mars, j’invite toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté à s’engager partout où ils le peuvent pour améliorer le sort des femmes, que ce soit au sein de leur foyer, de leur quartier, sur leur lieu de travail, dans les associations ou encore en politique !

14:29 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Euh... 21ème place sur combien ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_du_monde
197 Etats reconnus par l'ONU. Nous sommes dans le top des exemples à suivre.
Mais ce ne sera jamais assez. Pour la simple et bonne raison que la question est mal posée.

Écrit par : Pierre Jenni | 08/03/2018

Les commentaires sont fermés.