23/08/2018

Bâtiments et restaurants scolaires sous tension

Chaque année, les effectifs scolaires primaires et secondaires augmentent. La rentrée du lundi 27 août ne fait pas exception à la règle. La Conseillère d’Etat Anne-Emery Torracinta a déjà eu l’occasion de le souligner la semaine passée lors d’une conférence de presse. Cette croissance du nombre d’élèves, ainsi que l’évolution des modes de vie, mettent sous tension les bâtiments et les restaurants scolaires du degré primaire.


Entre 2012 et 2017, l’augmentation des élèves correspond à 35 classes supplémentaires. Le nombre d’élèves accueillis à midi a augmenté progressivement pour atteindre près de 50% des enfants qui fréquentent l’école primaire. La tendance va se poursuivre ces prochaines années. La Ville a la volonté d’offrir aux familles des infrastructures de qualité et en nombre suffisant. Mais pour assurer les futures rentrées dans de bonnes conditions, elle aura besoin de moyens considérables.

La situation est particulièrement préoccupante dans le domaine des infrastructures liées à la restauration scolaire, qui arrivent à saturation. En 2015, les huit cuisines de production de la Ville ont subi des transformations. Aujourd’hui, elles sont déjà toutes en situation de surproduction dans des espaces insuffisants. Un tiers des offices de remise en température sont également saturés. Conscient de ce problème, le Conseil municipal a voté, en juin 2018, un crédit de 2,8 millions de francs destiné à l’étude de la réorganisation de la restauration scolaire. Cette étude doit proposer des aménagements pour que la Ville puisse accueillir les élèves dans de bonnes conditions d’ici à 2030.

En attendant, la Ville continue à chercher des solutions pour absorber l’augmentation des effectifs. Bonne nouvelle : un nouveau réfectoire de 200 places ouvrira ses portes lundi sur le site du Carré-Vert, où le nouvel Ecoquartier Jonction est en construction. Aménagé et équipé par la Ville, il accueillera des enfants de l’école des Plantaporrêts ainsi que des groupes d’enfants des écoles du Mail et de Cité-Jonction.

17:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il n'y a pas que les bâtiments qui posent problème dans le domaine de l'enseignement. On parle de nouveau de la pénurie d'enseignants, alors que tout a été fait à Genève pour rendre l'accès à la formation plus difficile qu'ailleurs.
Le résultat est que nous avons recours à des personnes formées à l'étranger (ce qui n'est pas un mal en soi), dont certaines ne remplissent pas du tout les critères exigées pour nos propres candidats à l'enseignement.
Je laisse de côté, selon une formule éprouvée, le scandale permanent qui consiste à laisser des élèves massacrés par quelques rares enseignants, il y en a toujours au moins un ou une par école, face à laquelle la hiérarchie est, ou se dit, incapable de réagir.

Écrit par : Mère-Grand | 24/08/2018

Les commentaires sont fermés.